Les 4 rôles clés du DSI face à l’intelligence artificielle

Avatar Clémentine Molinié
19 avril 2019

La DSI a un rôle central dans l’entreprise. Avec l’arrivée des nouvelles technologies, il le devient de plus en plus au fil du temps.Grâce à sa participation à de nombreux projets transversaux et à sa connaissance des enjeux stratégiques de l’entreprise, elle est la mieux positionnée pour accompagner le changement dans l’entreprise.

L’IA bouscule tous les niveaux de l’entreprise, et c’est grâce à sa position que la DSI pourra accompagner ce changement et assurer un rôle de leader de l’innovation.

Sommaire

  1. Le donneur d’impulsion
  2. Rôle d’observateur // de pilote
  3. Assurer la cohésion et la cohérence
  4. Rôle de sentinelle


Le donneur d’impulsion


De la direction générale jusqu’aux responsables métier, l’innovation doit se doubler d’une excellence des opérations au service des clients. De par sa position, la DSI peut favoriser l’émergence de ces initiatives. En totale immersion dans l’univers du numérique, il dispose d’assez d’informations et de pouvoir pour repérer (et si besoin adapter) les innovations pertinentes. La DSI saura évaluer rapidement et efficacement l’opportunité qui se présente à lui.

Son contact permanent avec des prestataires lui permettra aussi d’avoir une vision nouvelle de ce qui peut être bénéfique à l’entreprise. Il saura ensuite mettre en relation les acteurs de l’innovation.

Son rôle lui permettra d’être force de proposition. Il saura démontrer l’utilité de l’IA dans le secteur qu’il vise, tout en fournissant des données rationnelles en tant que preuves.

On peut donc comparer le DSI à un fertiliseur, celui qui fait entrer l’intelligence artificielle dans l’entreprise et saura convaincre de l’utilité de cette dernière.


Rôle d’observateur // de pilote


Ayant fait naître dans l’entreprise l’intelligence artificielle, il aura par la suite un rôle de pilote. Il devra montrer clairement les ROI afin d’optimiser l’enveloppe budgétaire des SI. Il sera notamment possible pour lui de mettre en place une plateforme de monitoring pour évaluer les intelligences artificielles.

Il aura un point de vu privilégié pour observer les impacts de l’IA sur les métiers. Ainsi la DSI pourra rapidement se transformer en terrain d’expérimentation de l’IA. Ses connaissances techniques et son savoir-faire pourront l’aider à réellement comprendre les enjeux (dangers ou opportunités) d’un tel changement.

Il pourra plus facilement comprendre et anticiper les transformations futures, afin de préparer ses équipes à de tels changements. Comment partager l’autorité entre l’IA et l’humain ? Comment aborder cette problématique au niveau des ressources humaines.

La DSI doit avoir une longueur d’avance. Tout en gardant un œil sur les nouveautés intéressantes pour son entreprise, il doit aussi anticiper l’impact que l’IA va avoir sur cette dernière.  


Assurer la cohésion et la cohérence


Voici selon moi le rôle principal du DSI. Comme vu plus haut, c’est la position transversale et les connaissances techniques de la DSI qui lui permettront de mettre en place et de piloter efficacement toute innovation liée à l’IA.

Le rôle pédagogique de la DSI


Peu de personnes sont réellement informées sur l’intelligence artificielle. Ce que l’on ne connaît pas nous effraie toujours un peu. Ainsi, dans l’entreprise, l’intelligence artificielle peut apparaître comme un gadget dont on ne comprend pas vraiment l’utilité. C’est la DSI qui doit prouver cette utilité. C’est à elle d’apprendre aux employés à utiliser cette technologie. Elle doit la vulgariser pour la rendre accessible à tous. Cela peut passer par des formations, des conseils pratiques, des recommandations … Le secteur des ressources humaines lui sera très utile à ce niveau là.

Une fois ce travail accompli, son rôle de partenaire et de coordinateur des différentes directions sur les sujets de l’IA (comme le marketing, le digital, les ressources humaines et la finance) sera essentiel. Il se doit d’assurer la cohérence constante entre les initiatives et la stratégie de l’entreprise.

En mettant en lien différents niveaux de l’entreprise, il pourra mettre en avant des synergies que d’autres ne peuvent pas voir. C’est en travaillant avec des équipes pluridisciplinaires qu’il pourra réellement permettre à l’IA de se développer pleinement et efficacement dans son entreprise.

Assurer la cohésion et la cohérence dans les infrastructures mises en place. 


Afin de mettre en place une solution efficace d’intelligence artificielle, les données et leur infrastructures sont essentielles. C’est à la DSI que revient cette dure tâche de faire des bons choix d’architecture des infrastructures. La cohérence entre ces infrastructures est primordiale.


C’est à ce moment que la DSI pourra mettre en avant ses compétences techniques et méthodologiques. Il devra être non seulement connecté à tous les acteurs de l’entreprise et leurs outils, mais aussi savoir quand il devient nécessaire de faire appel à un prestataire.


Ses choix technologiques doivent tous converger vers un point unique. Plus le SI sera centralisé, plus il permettra d’apporter des résultats satisfaisants.


Rôle de sentinelle


La sécurité des données et des infrastructures technologiques de l’entreprise est une préoccupation constante pour les DSI. Elle l’est encore plus face à l’IA, encore plus quand c’est lui qui l’a mise en place. Il a un rôle de catalyseur face à l’IA.

La DSI se doit d’être présent dès le POC dans les projets d’innovation concernant l’IA. Il sera le seul à pouvoir garantir la viabilité industrielle des solutions, leur intégration avec le SI existant de l’entreprise et leur cybersécurité.

Suite à la mise en place d’une architecture cohérente des infrastructures, il doit s’assurer de la sécurité des dispositifs et aussi de la conformité de ces derniers (éthique, RGPD…).

Concernant l’éventuelle automatisation des métiers, pouvant aller jusqu’à la substitution des métiers, il reviendra à la DSI de traiter ces sujets éthiques et de préparer les ressources humaines à ces changements.

Le machine learning a un aspect “boîte noire” qui ne doit pas être complet. En effet, la DSI doit s’assurer qu’au moins une équipe d’experts soit en mesure de comprendre et d’expliquer le raisonnement. Il peut notamment décider de supprimer aléatoirement des variables afin de mieux comprendre l’impact de celles-ci sur les résultats.



Vous pouvez aussi télécharger le PDF de cet article ici.

À la pointe de l'actu

Notre blog